Le chant d’Achille de Madeline Miller

Bonjour !

Lors du mois d’août, pendant le challenge des NEWTs j’ai lu le roman Le chant d’Achille (ou The song of Achilles en VO) de Madeline Miller pour Effort Exceptionnel en Herbologie où il fallait lire un livre entre 350 et 390 pages. J’avais hâte de me plonger dans cette histoire et j’en attendais beaucoup.

Ce roman est une réécriture du mythe grec d’Achille, fils d’une déesse et héros pour son peuple. On va suivre son histoire de son enfance jusqu’à sa vie adulte avec le siège de la guerre de Troie. L’histoire est narrée du point de vue de son ami Patrocle. Cette réécriture diffère du mythe du fait qu’ici Achille et Patrocle sont amants.

Tout d’abord, je ne connaissais absolument rien à l’histoire originelle. Je ne connaissais Achille que de nom et avait vaguement entendu parler de la guerre de Troie. Pourtant cela ne m’a absolument pas dérangé pour apprécier ce roman. L’autrice reprend tout et explique tout, on peut donc se lancer dans la lecture de cette histoire sans avoir relu la page Wikipédia de la mythologie grecque !

L’histoire de Patrocle et d’Achille est intéressante et leur relation très bien développée et belle. L’autrice prend son temps pour mettre en place leur relation, rien n’est forcé et pourtant le rythme est bon. Le roman est tout de même assez court (~350 pages) mais il est très dense. Il n’y a pas de temps morts même si l’autrice fait régulièrement des « pauses » sur les évènements importants de l’histoire.

Le personnage de Patrocle m’a beaucoup touché. Je me suis sentie très proche de lui et de sa psychologie. Son rôle est différent ici de celui dans le mythe mais il est justifié et s’intègre parfaitement dans l’histoire. Le personnage d’Achille est aussi intéressant, sa nature de fils de déesse le tiraille et le fait douter de ses décisions. Il est aussi très fier et à des principes très forts ce qui le pousse à des choix très pragmatiques voire cruel.

Le choix de l’autrice de nous conter l’histoire du point de vue de Patrocle est très intelligent. Il a un tempérament plus doux et plus conciliant, en plus il aime profondément et sincèrement Achille ce qui donne une note particulière au roman. On ne voit pas Achille comme un demi-dieu hautain et cruel et on s’accroche à lui autant que Patrocle.

La fin de cette histoire même si je m’en doutais (encore une fois sans connaître le mythe)  m’a déchirée le cœur et j’ai pleuré à chaudes larmes en passant par de nombreuses émotions fortes. Là encore, voir l’histoire du point de vue de Patrocle est une grande réussite. L’autrice utilise d’ailleurs un procédé très intéressant pour cette fin, qui est plausible et qui s’accorde parfaitement à l’époque à laquelle l’histoire se passe.

Ce roman fut un grand coup de cœur pour moi, j’ai maintenant hâte de lire Circé par cette même autrice. Je ne peux que vous recommander la lecture de cette réécriture !

Dernière petite note, j’ai lu ce roman en version originale anglaise. Madeline Miller écrit superbement bien et j’ai trouvé sa plume très accessible.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s