Le goût amer de l’abîme de Neal Shusterman

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je viens vous parler d’un roman que j’ai beaucoup apprécié par un auteur que je découvre avec bonheur. Il s’agit du roman Le goût amer de l’abîme par Neal Shusterman. J’ai lu l’année le roman très connu du même auteur La faucheuse que j’avais beaucoup aimé aussi et j’ai hâte de lire la suite.

C’est dans un tout autre registre ici que Neal Shusterman met à contribution sa plume. Dans Le goût amer de l’abîme, on va parler de maladie mentale et de perte de compréhension de la réalité. Ce qui est d’autant plus poignant c’est que cette histoire est issue de l’expérience du fils de l’auteur. Cela rend au récit un côté très réaliste (évidemment) et très émouvant.

On suit donc le quotidien d’un adolescent qui petit à petit perd pied et perd le contact avec la réalité. Dans le roman, on semble suivre deux histoires en parallèle, la vie quotidienne de cette adolescent avec sa famille, son école etc… puis une histoire en rapport avec des pirates sur un bateau. Au fur et à mesure que l’histoire on comprend le parallèle entre les deux histoires et on a une tentative d’explications sur le ressenti de l’adolescent dans ces phases où il perd pied.

Le fait que ce roman fasse référence à une histoire vécue par le fils de l’auteur rend les choses tout de suite plus réalistes et on sent que vraiment il tente de comprendre comment son fils fonctionne. Pour rajouter au récit, le livre est agrémenté de dessins réalisés par l’adolescent pour illustrer certaines scènes.

La narration entre les deux histoires est très menées et je me suis pas perdue entre les deux. Avec l’avancée du récit on voit les ponts qui se créent entre les deux.C’est très intéressant de voir qu’il perd pas pied complètement mais qu’il déforme les choses. C’est un sujet que j’ai peu vu en littérature young-adult (de celle que je connais) et j’ai trouvé que c’était très intéressant de l’amener de cette façon. Aussi, on met très rarement un mot sur la maladie, on est plus sur la compréhension du processus mental du personnage et c’est très intelligent aussi. De mon point de vue, ce sont des choses très personnelles qui même regroupées sous un nom commun sont différentes pour chacun.

Enfin, les personnages sont très attachants. On sent la détresse des parents face à une telle situation où ils ne comprennent plus leur enfant et doivent laisser leur place à des spécialistes. De la même façon, on voit ses amis qui tentent de le voir, de le comprendre et de lui laisser le temps de trouver son équilibre.

Encore une fois, j’ai été conquise par l’histoire, les personnages et la narration de Neal Shusterman. Je continuerais de lire ses livres avec plaisir et je vous conseille celui-ci si vous êtes tenté par la compréhension des maladies mentales !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s