Et si les chats disparaissaient du monde… de Genki Kawamura

Bonjour !

Première lecture du mois d’avril : Et si les chats disparaissaient du monde... par l’auteur japonais Genki Kawamura. Je dois remercier Lemon June pour cette découverte littéraire. Par ailleurs, cette lecture m’a permise de valider la catégorie Care of Magical Creature pour les O.W.Ls puisqu’il y a un petit chat noir sur la couverture !

Voici le résumé de ce livre au nom si tragique (source Babelio) :

A 30 ans, le narrateur de ce livre apprend par son médecin qu’il est condamné. Il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre. Aussi lorsque le Diable, cet étonnant visiteur en short, lui propose un marché, n’hésite-t-il pas longtemps. Les clauses du contrat ? Effacer, à chaque jour que Dieu fait, une chose de la surface de la Terre lui vaudra vingt-quatre heures de vie supplémentaires… Les téléphones, les montres : jusqu’ici, c’est à qui perd gagne… Mais lorsque le Diable lui propose de supprimer les chats, sa vie va basculer une deuxième fois…

Je lis très peu de livre d’auteurs japonais (en dehors des mangas) et pourtant j’aime bien cette culture. Un manque de motivation j’imagine car un livre fantasy dans une mythologie japonaise me plairait énormément je pense mais ce n’est pas le sujet !

J’ai beaucoup aimé cette petite histoire. Le livre est très court 176 pages mais il aborde beaucoup de sujets. Le titre est assez évocateur de la fin du livre et pourtant sans être un fan des chats ou des animaux, l’auteur amène à d’autres réflexions.

Tout d’abord, il y a le rapport à la mort. On sait tous que l’on va mourir un jour mais souvent on ne connait pas la date exacte ou approximative. Le narrateur va alors se plonger dans plusieurs réflexions sur ce que cette nouvelle lui fait, lui apprends sur lui, sa vie et son mode de vie. Il va se remettre en question sans pour autant que cela devienne mélo-dramatique ou long.

Le personnage du Diable amène un côté fantasque au récit. Je l’ai trouvé bien pensé et l’auteur a bien dosé ses apparitions dans le roman ce qui le rend léger tout en restant profond et intelligent.

Autre pan intelligent de l’histoire, les disparitions des objets. Il est dit dans le résumé que les montres et les téléphones seront supprimés de nos vies. En parallèle de la remise en question du narrateur, on voit l’impact de ces évènements sur sa vie. Ici aussi, rien de démagogue, on ne vient pas prôner une vie sans technologie mais l’auteur apporte des éléments de réflexions intéressants.

Ce livre se lit très vite et pourtant j’ai eu envie de la reposer afin de réfléchir à nouveau sur les pensées du narrateur. La fin est également très bien amenée et juste. J’ai vraiment bien aimé et je tenterais de lire d’autres livres de l’auteur si j’en ai l’occasion.

Amateur de chats ou pas, laissez vous tenter !

Bonne lecture !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s