Club 9aev : Bilan de la sélection de février

Bonjour !

Ce soir réunion de l’association 9ème art en Vienne. Je viens donc vous donner en avant première mes avis sur la sélection graphique de ce mois de février !

Hope One – Tome 1 de ‘Fane

Résumé : « On est en 2020, Megan… Vous avez dormi 49 ans. » Huis clos. Megan Rausch se remet mal de sa léthargie : nausées, troubles de la mémoire, paranoïa… Malgré les traitements et la bienveillance de son partenaire de bord, la jeune passagère glisse au fil des jours dans la folie… Aucun signe de vie, au sol. À part eux, tout est mort. Stérile. À quoi bon avoir survécu au cataclysme, si tout retour sur Terre semble impossible ?

Avis : Je trouve le résumé et la couverture de cette BD très intéressantes. J’ai bien aimé ce premier tome même si les dessins à l’intérieur me paraissent plus brouillons, moins aboutis que sur la couverture. Cependant je ferais la même critique que d’habitude, c’est court (72 pages seulement) et la psychologie de Megan est pas suffisamment fouillée pour mettre en place un réelle ambiance pesante, paranoïaque et angoissante. Je lirais la suite si j’en ai l’occasion mais je ne l’achèterais pas.

Une maternité rouge de Christian Lax

Résumé : Au Mali, une Maternité rouge, sculpture datant du XIVe siècle, est sauvée de la folie destructrice des islamistes par Alou, un jeune chasseur de miel. En compagnie d’autres migrants, soeurs et frères d’infortune, Alou prend tous les risques pour rejoindre l’Europe. Son but et son obsession : confier la précieuse statuette au musée du Louvre !

Avis : Le thème abordé est original et intéressant. On a quelques informations sur l’art traditionnel africain ce qui est toujours bon à prendre. Par contre, je l’ai trouvé très peu fouillé et insensible sur le traitement de la migration. De la même façon que pour Hope One, on a pas le ressenti du personnage sur ce qu’il a vécu donc ça m’a très peu touché malgré la dureté du thème traité. Aussi, je n’ai pas aimé le rôle du Louvre en tant que sauveur de l’art africain… J’ai trouvé cela maladroit.

Un été sans maman de Grégory Panaccione

Résumé : Cet été, Lucie part en vacances sans sa maman. Accueillie par un jeune couple affairé habitant une maison sur les côtes italiennes, ses journées s’écoulent paresseusement entre promenades sur la plage, jeux avec le chien et apprentissage de la langue du pays… Mais quelles sont ces créatures étranges qui viennent bouleverser sa routine ?

Avis : Graphique sans dialogues ou presque. Je l’ai trouvé bien fait, drôle et touchant. Les dessins racontaient d’eux même l’histoire ce qui est quand même bien pour une BD ! L’univers est très sympathique et j’ai beaucoup aimé les petites créatures étranges. De plus la fin est surprenante et très touchante.

Shipwreck de Warren Ellis et Phil Hester

Résumé : Seul survivant d’un naufrage aussi singulier que secret, le Dr Charpentier ne sait pas où il se trouve. Vraisemblablement piégé sur une route sans fin, à la poursuite d’un saboteur qui détient la clé de son salut ou de sa perte…

Avis : Comics de SF bien particulier. Ici on va suivre une personnage dans un univers assez différent du nôtre et dont le protagoniste ne comprend pas plus les règles que le lecteur. J’ai aimé découvrir ce nouveau monde, essayer d’en comprendre le fonctionnement mais également de comprendre comment le personnage central est arrivé là. Graphique intéressant !

The Black Holes de Borja Gonzàlez

Résumé : De nos jours, Gloria, Laura et Cristina, trois adolescentes, forment un groupe de punk appelé « The Black Holes ». Attitude, présence, instinct et musicalité, rien ne leur manque ! Mais à peine ont-elles commencé à répéter qu’une étrange présence surgit dans leur présent : une réminiscence aussi puissante que mystérieuse de quelque chose qui s’est passé il y a 160 ans et qui poursuit l’une d’entre elle. Et ce qu’elles ne savent peut-être pas, c’est que le temps est une autoroute à double sens…

Avis : Black Holes ! Ce fut une lecture compliquée.. Les personnages n’ont pas de visages dessinés pour une raison particulière mais j’ai eu beaucoup de mal à reconnaître qui était qui. Seulement c’est un détail important pour comprendre l’histoire. J’ai pourtant bien aimé ce récit même si je pense être passée à côté de quelques détails. En tout cas, c’est un ovni qui peut être intéressant à découvrir !

Ainsi donc s’achève ces mini-chroniques de cette sélection. Pour mon vote, je mettrai 3 étoiles à Un été sans maman de Grégory Panaccione, puis 1 étoile pour The black holes, Shipwreck et Hope One. Finalement, ce fut une sélection intéressante avec une petite déception pour Une maternité rouge de Christian Lax.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s